Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

5 idées pour booster Actiris et diviser par 2 le chômage à Bruxelles

 

Situation à Bruxelles Mai 2016

manu2015En matière de chômage, il ne peut pas y avoir de fatalité à Bruxelles. Surtout dans la Région la plus dynamique qui offre 20% des emplois du pays. Il faut arrêter d’imaginer que cette bataille de l’emploi, c’est un bras de fer permanent entre employeurs et demandeurs d’emploi. A la place du rapport de forces entre employeurs et demandeurs, essayons plutôt le rapport de séduction.

La bataille de l’emploi passe par la formation. Mais pas seulement. Elle doit ensuite se gagner sur la rapidité de la rencontre entre la demande et l’offre d’emploi. Savoir se placer, savoir se vendre, savoir vendre les Bruxellois. C’est cette bataille-là qu’il faut gagner pour Bruxelles. Et convaincre les entreprises et autres employeurs que ne pas jouer la carte bruxelloise, c’est se couper durablement aussi de marchés, c’est se refuser une clientèle. Parce qu’un chômeur, c’est aussi un demi-consommateur.  

Offres d’emploi disponibles au 5 juillet 2016 : 2.055 offres

Taux de chômage administratif (BNB), mai 2016 : 17,5%

Taux de chômage harmonisé (BIT), moyenne des quatre derniers trimestres : 17,5%

Chômeurs indemnisés demandeurs d’emploi (ONEM), avril 2016 : 67.232

Demandeurs d’emploi inoccupés (DEI) inscrits chez Actiris, mai 2016 : 95.695

Pour rappel pic de 2014 à 110.336 !

 

Au niveau des demandeurs d’emploi, 96,3% des demandeurs d’emploi sont francophones pour 89% de la population. Les néerlandophones qui représentent environ 11% de la population ne sont que 3,7% des demandeurs d’emploi inoccupés.

Or, sur les 2.055 offres d’emploi disponibles sur le site d’Actiris pour la Belgique et l’étranger, il y a au total 1.696 offres francophones (82,6%) et 359 néerlandophones (17,4%). Il y a donc proportionnellement 1 offre pour 60 francophones et 1 offre pour 10 néerlandophones… soit 6 fois moins de chance pour un demandeur d’emploi bruxellois francophone par rapport à un néerlandophone.

cadre1actiris

Actuellement, il y a 2.055 offres d’emplois (Belgique+étranger) en ligne sur le site internet d’Actiris.

Premier constat :

Les demandeurs d’emploi ne sont pas égaux selon la Région dans laquelle ils habitent.

Ainsi, les 220.000 demandeurs d’emploi flamands ont accès à 110.569 offres d’emploi répertoriées sur le site du VDAB ; alors que les 220.000 demandeurs d’emploi wallons ont accès à seulement 27.304 offres d’emploi sur le site du Forem ; enfin les quelques 100.000 demandeurs d’emploi bruxellois ont accès à 2.055 offres d’emploi sur le site d’Actiris.

Cela signifie que le dynamisme du VDAB permet théoriquement une offre d’emploi pour 2 demandeurs flamands alors que le Forem offre une offre d’emploi pour 12 demandeurs wallons tandis qu’Actiris ne permet d’offrir une offre d’emploi pour 50 demandeurs d’emploi bruxellois ! Soit 25 fois moins de chance qu’en Flandre et 4 fois moins qu’en Wallonie. Est-ce le fait que la Région bruxelloise voit quasi toutes ses offres d’emploi remplies ? Ou est-ce le fait qu’Actiris n’est pas l’outil privilégié par les entreprises publiques ou privées ? Ou est-ce le fait d’une gestion des ressources humaines plutôt orientée vers la Flandre ? Dans la Région la plus dynamique du pays, le faible nombre d’annonces disponibles pose question. Il faut donc booster cette offre. Par tous les moyens

Car il y a un effet pervers : s’il y a une offre réduite d’annonces peu variées, et beaucoup de demandeurs d’emploi qui répondent aux mêmes annonces, il peut y avoir un effet de saturation rapide des annonceurs assaillis. Une mauvaise possibilité de tri entraîne de facto aussi beaucoup de demandes pour les annonces selon leur ordre d’apparition sur le site internet.

Comment améliorer les choses ?

Contrairement au VDAB et au Forem, le chercheur d’emploi bruxellois n’a pas le choix de sélectionner les offres à proximité de chez lui. Il n’a en effet la possibilité que de pré-sélectionner les offres situées soit « en Belgique » soit « à l’étranger ».

Il n’y a aucune sélection géographique bruxelloise ou communale possible contrairement au chercheur d’emploi du Forem ou du VDAB qui a le choix de sélectionner à partir d’une commune des emplois situés dans des cercles concentriques de 10 à 20km à proximité du lieu indiqué.

1ère Proposition : Booster le site internet d’Actiris en permettant de travailler le critère de proximité via un critère géographique, « Bruxelles », « commune » et « code postal ».

La bataille de l’emploi est une bataille de rapidité. Il faut réduire le temps entre la publication de l’annonce d’un offreur d’emploi et sa réponse par les demandeurs d’emploi. En adaptant le site internet d’Actiris à l’offre, on peut permettre aux demandeurs d’emploi de remplir plus vite les offres d’emploi, d’être plus réactifs et de ne pas se perdre dans leurs recherches à consulter trop d’annonces. Il faut pouvoir sélectionner les offres d’emploi en fonction des compétences ou domaines d’activités mais aussi en fonction du critère géographique.

Sur les 2.055 offres d’emploi Belgique+Etranger, il y a 1.975 en Belgique (96,1%) (dont 1.617 francophones soit 81,9%) et 80 offres à l’étranger soit 3,9% (79 francophones et 1 néerlandophone)

Au total, 1.696 offres francophones (82,6%) et 359 néerlandophones (17,4%). On l’a vu, il y a donc proportionnellement 6 fois moins d’annonces pour les demandeurs francophones bruxellois que pour les demandeurs néerlandophones bruxellois.

2e proposition : Booster l’offre d’emploi par la mise en valeur du logo de l’employeur et d’un lien vers son site internet. Il faut tout faire pour augmenter le nombre d’offres de qualités. On pourrait aussi peut-être travailler de manière volontaire avec les offreurs et les demandeurs d’emploi en permettant directement la rencontre des CV des demandeurs d’emploi. Il faut imaginer le site d’Actiris comme un site de rencontres : cela doit être séduisant, tant pour le demandeur d’emploi que pour l’offreur d’emploi. Il faut créer le désir. Et pourquoi ne pas imaginer que tout employeur et tout demandeur puisse remplir son profil avec un pseudo ou des initiales et constituer un CV consultable directement par les entreprises. Ce CV reprendrait les titres et diplômes, les expériences antérieures, les formations, les stages, …

Cela passe aussi par un focus particulier sur les TPE, PME qui offrent 90% des emplois privés.

Enfin cela passe par les nouvelles technologies, par les réseaux sociaux, les sites relais, twitter, facebook, des modes de communication adaptés aux enjeux réels et actuels. Exemple : semaine des étudiants, des infirmiers, des professeurs, avec la rencontre des offreurs et demandeurs d’emploi.

Sur les 2.055 offres d’emploi disponibles sur le site Actiris à la date du 5 juillet 2016, 1.740 sont à temps plein (84,7%) (dont 1.437 fr soit 82,6%).

Il y a 1.022 offres ne demandant aucune expérience exigée (49,7%) dont 807 fr (79%) et 1.014 offres avec expérience exigée 49,3% (dont 875 fr 86,3%)

Il y a aussi 19 offres de convention de premier emploi (0,9%) (dont 14 fr 73,7%)

3e proposition : Augmenter les offres d’emplois pour les amener au niveau du VDAB voire le dépasser par une politique active auprès des employeurs tant publics que privés.

Actuellement il y a 6.674 annonces sur le site du VDAB pour la « Brussel Regio » ! contre 1.975 à Actiris pour l’ensemble de la Belgique (données indisponibles pour Bruxelles) et le site du Forem recense 2.369 annonces sur la Région de Bruxelles-Capitale.

On retrouve sur le site du VDAB énormément d’offres d’employeurs comme Colruyt, Sodexho, Orpea, DHL, Infrabel, …

En opérant une recherche ciblée « Uccle », on obtient 38 résultats sur le site Actiris, 38 offres repris sur le site du Forem, mais plus de 100 offres sur VDAB, soit 3 fois plus !

4e proposition : Booster les Jobs étudiants et autres stages défrayés ou bénévoles : constat identique malheureux

Sur le site d’Actiris, il y a actuellement 38 offres de Jobs étudiants sur 1 mois dont 28 fr (73,7%) pour 2.055 jobs (1,8%). C’est fort faible. Les offres néerlandophones sont à nouveau sur-représentées par rapport aux demandeurs d’emploi néerlandophones bruxellois.

Sur le site du VDAB, il y a 4.603 jobs students pour 110.569 jobs online (4,1%) et 154 jobs étudiants répertoriés sur « Brussel Regio » soit 4 fois plus qu’Actiris …

Aucune offre publique d’administration communale, régionale, fédérale, ni d’asbl ou de para-régionaux !

Il faut rétablir l’égalité de traitement entre les jeunes. Et encourager les engagements au-delà des enfants du personnel. Sinon, c’est reproduire l’inégalité de l’emploi.

Il faut une plate-forme internet qui reprend toutes ces offres de manière transparente. Et les institutions publiques doivent montrer l’exemple.

5e proposition Booster les offres de l’associatif – asbl – secteur non-marchand et bénévolat.

Il faut élargir les expériences professionnelles rémunérées ou non de nos demandeurs d’emploi. On le sait, les premières expériences professionnelles sont autant d’atouts à faire valoir dans la recherche d’un emploi longue durée par la suite.  

https://www.leforem.be/particuliers/offres-emploi-recherche-par-criteres.html


EDB1EDB2EDB3EDB4

EDB5

EDB6


EDB7