Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Le travailleur bruxellois et wallon défavorisés face au travailleur flamand.



    manu2015L’organisation des trains de la SNCB privilégie systématiquement la Flandre à la Wallonie : le travailleur bruxellois et wallon défavorisés face au travailleur flamand.

    Emmanuel De Bock – Député, chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois








Constats


1.    Rapidité trajets sans correspondance

Le train est systématiquement plus rapide que la voiture, au pire fait jeu égal (temps+5min) sur les liaisons reliant les villes flamandes à la capitale : sur les 8 villes, 7 (Gand, Leuven, Mechelen, Anvers, Ostende, Hasselt, Courtrai) sont reliées plus vites voire aussi vites en train qu’en voiture et la vitesse y est de 80 km/h en moyenne (Genk +50% de temps en train qu’en voiture). Par exemple pour Leuven et Gand, le train représente un gain de 30% de temps sur la voiture.
Côté villes francophones, seul 3 (Mons, Liège et Tournai) des 8 villes principales sont reliées plus vite ou aussi vite que la voiture. Le gain de temps sur la voiture n’est que de 10%. Les 5 autres villes accumulent des déficits négatifs de 12% pour Charleroi, 31% pour Namur, 42% pour Arlon, 76% pour LLN et 90% pour Wavre. La vitesse moyenne de ces 3 dernières villes est de 35 km/h. Certains diront que le relief y est pour quelque chose. Apparemment, pas tant que ça puisque Mons, Tournai et Liège sont desservis à des vitesses commerciales équivalentes à la Flandre.

Cliquez ici pour télécharger l'étude compléte (7 pages) pdf