Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Allocations Familiales : le modèle bruxellois doit inspirer le système wallon.

L’avis du Conseil d’Etat rendu sur le projet de réforme des allocations familiales en Wallonie démontre à quel point la défédéralisation de cette matière a été une erreur historique des partis francophones lorsqu’ils ont négocié la Sixième Réforme de l’Etat, renonçant à l’engagement solennel de ne pas en faire un débat institutionnel et communautaire en portant atteinte aux droits des Francophones. Or la réforme intervenue conduit à mettre en place 3 systèmes différents dont la gestion sera plus coûteuse et complexe pour les citoyens des 3 Régions.

 

Avec la crise provoquée en juin dernier par le CDH, le dossier des allocations familiales a été bloqué plusieurs mois, retardant la mise en œuvre d’un nouveau système, ce qui porte préjudice aux familles bruxelloises.

 

Les députés bruxellois DéFI Emmanuel De Bock et Michel Colson se réjouissent de voir que le Conseil d’Etat a rejeté le critère budgétaire avancé par le Gouvernement wallon pour justifier sa distinction entre l’octroi d’allocations selon que l’enfant soit né avant ou après le 1erjanvier 2019. Pour les deux députés, « nous avons perdu assez de temps. Il faut adopter sans délai le système bruxellois qui ne crée pas de rupture d’égalité ni de discrimination entre enfants. L’égalité au sein même des fratries, ainsi que le contrôle des moyens budgétaires doivent être assurés ».

 

Le groupe DéFI bruxellois appelle le Gouvernement wallon à se calquer sur le système bruxellois afin de réduire les différences en cas de déménagement à Bruxelles ou en Wallonie.

 

Pour rappel, le système bruxellois permet de conserver les montants actuellement perçus par les familles, tout en augmentant les allocations familiales pour le premier enfant, octroyant ainsi la même allocation à chaque enfant et garantissant des suppléments sociaux pour les familles les plus précarisées, en ce compris pour les travailleurs, ce qui n’était pas le cas précédemment.

 

Entre ceux qui soutenaient  une allocation de base élevée sans suppléments sociaux et ceux qui souhaitaient une allocation de base réduite augmentée de suppléments sociaux, la proposition soutenue par DéFI est un juste compromis et protège toutes les familles.

 

 

Emmanuel De Bock

0497/59.99.42.

Michel Colson

0478/492.655.