Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Articles

La libre 26 janvier 2012

FDF: "L’économiesociale est trop socialiste"

Le FDF déplore la “politique d’assistanat” de la majorité bruxelloise.

Apparu pour la première fois dans les textes législatifs bruxellois en 1999, le concept d’économie sociale divise le monde politique de la capitale. La définition même du terme porte parfois à confusion. Le champ de l’économie sociale est ainsi très vaste puisqu’elle regroupe "les activités économiques exercées par des sociétés, de mutualités et des associations dont la rentabilité sociale prime sur la financière". A Bruxelles, d’autres caractéristiques ont été définies comme celle d’une "autonomie de gestion" et une recherche de ressources afin de ne pas dépendre "exclusivement" des pouvoirs publics ou encore l’existence d’un processus de décision démocratique au sein de l’entreprise.

"A l’heure où les faillites et le taux de chômage explosent à Bruxelles, l’économie sociale représente l’un des "secteurs" à plus forte croissance", explique le député FDF Emmanuel De Bock. Elle est aussi vue comme un outil indispensable à la (ré)insertion sociale, notamment pour les jeunes, (45 % des 106 000 demandeurs d’emploi bruxellois ont moins de 35 ans) et les moins qualifiés.

"Le diagnostic est connu à Bruxelles : les nouveaux emplois créés exigent un degré de qualification, alors que la majorité des chômeurs sont sous-qualifiés", poursuit M. De Bock. C’est dans ce sens qu’un projet d’ordonnance a été présenté au Parlement bruxellois pour "booster" ce type de pratique. Celui-ci vise à "l’agrément des entreprises d’insertion et des initiatives locales de développement de l’emploi en vue de l’octroi des subventions". Il devrait être voté dans les prochaines semaines. Sans les voix du FDF. "Du moins, si l’on ne tient pas compte de nos amendements, explique le député Serge de Patoul. Ce dernier voit dans le texte proposé une vision "terriblement socialiste (sic)" de l’économie sociale par la majorité en place. "Nous sommes d’accord sur la finalité, mais les moins qualifiés méritent davantage que de simples subsides. Il faut les aider à prendre leur indépendance et arrêter cette politique unique de l’assistanat." Et Serge de Patoul d’adapter à sa sauce une image utilisée par une ONG bien connue. "C’est comme si le gouvernement donnait un filet à un pêcheur, sans lui apprendre à pêcher. L’économie sociale n’est aux yeux de la majorité qu’une béquille aux politiques de l’emploi et non une véritable politique économique en soi. C’est une faute.

" Le FDF présente une dizaine d’amendements, dont l’un est pour le moins inédit : celui de proposer une politique de l’économie sociale sur l’ensemble de la communauté métropolitaine de Bruxelles (soit 33 communes dans et autour de Bruxelles). "L’accord du gouvernement fédéral prévoit la mise en œuvre de cette communauté. C’est l’occasion de voir si elle restera une coquille vide ou non. Les masques tomberont peut-être avant le carnaval", conclut M. De Bock.


(source: www.lalibre.be)